fbpx

Lane, personne n’en parle mieux que celles et ceux qui l’utilisent au quotidien. Nous avons décidé d’interroger les Laners sur leur pratique quotidienne de nos lignes de covoiturage sans réservation, et leurs réponses sont étonnantes, enrichissantes, excitantes !

Voici comment Géraldine vit et utilise Lane depuis déjà plusieurs semaines :

Qui es-tu, et quel est ton historique avec Lane ?

Je m’appelle Géraldine, j’utilise Lane depuis un mois, et je suis à la fois conductrice et passagère.

Tu empruntes quelle ligne et quels arrêts ?

Je prends la ligne entre Bourgoin La Grive et Lyon Mermoz, de façon régulière.

Comment as-tu découvert Lane ?

J’ai découvert Lane à ses débuts, via une information postée sur Facebook à la création du service. Et quand je suis arrivée à Bourgoin-Jallieu voici un mois, je m’en suis souvenue, et je me suis dit qu’il fallait absolument utiliser le service.

Comment Lane a changé ta vie ?

Ce qui a changé, c’est que je n’ai désormais plus l’impression d’aller au travail chaque matin. J’ai beaucoup d’échanges avec les covoitureurs, ça change ma vie parce qu’on fait des rencontres tous les jours, on a des sujets de discussion variés, et c’est super sympa.

Quelles étaient tes craintes ou tes préjugés avant de faire du covoiturage ?

Je n’avais ni crainte ni préjugés, parce que je faisais déjà du covoiturage dans le cadre de mes loisirs. Et comme il n’y a pas d’horaire ni de réservation à faire, c’est génial. On arrive quand on arrive, et on sait qu’on arrivera quoi qu’il arrive.

Comment ça se passe, les trajets avec Lane au quotidien ?

En tant que conductrice, je fais systématiquement un arrêt pour récupérer les passagers, et en tant que passagère, aucun souci : je clique sur l’appli quand j’arrive et Lane me trouve systématiquement un moyen de transport, donc c’est super !

Si tu devais présenter Lane à un ami, que lui dirais-tu ?

C’est une équipe au top et super dynamique, très réactive, qui a tout de suite la solution à nos besoins, et qui nous informe en temps réel de ce qui se passe. On ne peut pas trouver mieux. Si ça pouvait être partout pareil, dans tous les domaines…

Selon toi, que faudrait-il faire pour que davantage de personnes utilisent Lane ?

Faire encore plus de pub ! Il faut que nous, Laners, partagions aussi davantage ce service sur les réseaux sociaux et avec d’autres personnes qui utilisent leur voiture. Il faudrait aussi des ambassadeurs auprès des administrations, des mairies et des entreprises.

Est-ce que tu prends des précautions particulières avec la crise sanitaire ?

Je constate que tout le monde porte le masque systématiquement, et j’en ai toujours en plus sur moi si nécessaire. J’ai également du gel hydroalcoolique, et j’ouvre les fenêtres pour aérer mon véhicule après le départ du passager, quand je suis conductrice.

Que dirais-tu à quelqu’un qui hésite à covoiturer avec Lane ?

J’essaierais d’abord de savoir pourquoi il hésite, et je lui proposerais tout simplement de lui montrer l’application, et de l’accompagner sur place pour qu’il puisse voir comment ça se passe. Mais il n’y a pas de contraintes, pas d’horaires à respecter, il y a des parkings pour stationner à proximité des arrêts, je ne vois pas où serait la problématique.

Que manque-t-il à Lane pour devenir un service vraiment parfait ?

Est-ce que la perfection existe ? En fait, il faudrait que davantage de personnes utilisent le service, mais ce n’est pas de votre fait. C’est peut-être une mentalité à faire évoluer, même si c’est déjà bien parti. Une voie réservée au covoiturage sur l’autoroute A43 pourrait aussi aider, ça pourrait faire réfléchir les conducteurs qui pourraient se dire « bon, et si moi aussi je m’y mettais ? ».

En tant que passagère, comment ça se passe aux arrêts Lane ?

Ca se passe bien ! Même quand il fait froid, parce qu’il y a toujours quelqu’un de présent, je ne suis jamais seule : soit il y a un autre passager déjà à l’arrêt, soit j’ai l’assistance Lane au téléphone. Donc aucun souci ! Et ce qui est génial, c’est que l’équipe Lane, très réactive et sympathique, nous trouve toujours une solution. Au pire, on attendra un quart d’heure avant de partir. Et qu’est-ce qu’un quart d’heure, finalement ?

Merci Géraldine, bonne route avec Lane et à bientôt !

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *